Top

Ségur de la santé : des annonces historiques pour l’ouest du département de l’Eure

Lundi 8 novembre, à l’occasion d’un déplacement dans l’Eure, le ministre de la Santé Olivier Véran, a annoncé, aux côtés du ministre et président du Département Sébastien Lecornu, les investissements retenus dans le cadre des appels à projets du Ségur de la santé.

Des annonces historiques pour notre territoire, où chacun des établissements est concerné. De Bernay à Pont-Audemer, en passant par l’EHPAD de Pont-Authou et le CH de Bourg-Achard, c’est un réel soulagement pour l’ouest du département de l’Eure, trop souvent délaissé.

Le ministre de la Santé l’a rappelé lui-même en conclusion du débat sur l’accès aux soins qui s’est tenu lundi matin au Conseil Départemental, le rôle des élus a été déterminant. Je le remercie pour les mots qu’il a eu à mon attention, témoignant d’un réel engagement pour le territoire.

Dans le détail, l’hôpital de Bernay va bénéficier d’une nouvelle extension au bâtiment récent pour accueillir les services de médecine, cardiologie et court séjour gériatrique, ainsi que d’un assainissement des finances de l’établissement, pour une participation de l’Etat de 5,9M€. Un nouvel EHPAD va également être construit, à proximité de l’hôpital, pour un montant global de 21M€.

Ces investissements s’ajoutent aux 3,3M€ déjà engagés dans la restructuration des urgences.

Retrouvez l’article dédié au Centre hospitalier de Bernay.

A Pont-Audemer, c’est un projet de reconstruction complète qui a été retenue pour l’hôpital, avec une participation Ségur de l’État de 9M€. Le nouvel établissement sera construit à proximité du futur Pôle de santé libéral et ambulatoire et de l’actuel EHPAD qui va lui aussi connaitre une importante restructuration, 2,4M€ lui sont dédiés.

Retrouvez l’article dédié au Centre hospitalier de Pont-Audemer.

L’EHPAD de Pont-Authou est également concerné par les investissements Ségur et va bénéficier de 2M€.

A Bourg-Achard, le centre hospitalier Pierre Hurabielle obtient une aide pour restaurer ses capacités financières.

L’ensemble de ces investissements vont donner un nouvel élan à nos établissements, c’est une réelle victoire pour ma circonscription.

Le sujet de la désertification médicale au cœur des débats.

La question de l’accès aux soins et la problématique de la désertification médicale s’est également posée lors du débat avec le ministre lundi matin.

A lire aussi sur le sujet, l’article paru dans l’Eveil Normand cette semaine, « Bernay. Le dermatologue n’est pas remplacé ».

La situation est bien évidemment très compliquée lorsqu’il s’agit de trouver un médecin ou un spécialiste sur le territoire. Le gouvernement actuel et les députés de la majorité en ont conscience, la levée du numerus clausus a fait partie des premières mesures adoptées, dès le début du mandat, au travers de la loi sur l’organisation et la transformation de notre système de santé.

Le ministre l’a rappelé lors de son intervention, nous sommes actuellement au creux de la vague. Le nombre de professionnels en formation augmente progressivement et la démographie médicale va nettement s’améliorer dans les prochaines années.

En attendant, la mise en place de pratiques partagées, le développement des maisons et pôles de santé pluridisciplinaires, ainsi que les aides incitatives à l’accueil des médecins, sont des dispositifs efficaces pour lutter contre la pénurie de professionnels.

Cela fonctionne dans plusieurs communes de notre territoire, comme à Cormeilles, qui va accueillir une gynécologue et des sages-femmes au sein de la maison de santé, ou à Bourneville, où de jeunes médecins s’installent dès à présents dans une équipe jeune et dynamique.

Voilà le message que je porte depuis 4 ans lors de mes nombreuses rencontres sur le sujet. Message que j’ai rappelé lundi lors de mon intervention au Conseil Départemental :

Share