Top

Réunion débat sur la fin de vie

Depuis le début de mon mandat, je m’attache à faire vivre le débat sur la circonscription, en organisant des réunions publiques sur des sujets d’actualité. Compte tenu des mesures sanitaires, c’est sous forme de visioconférence que je vous avais conviés pour un échange avec le Docteur Clémence Joly, chef du service de soins complexes et de soins palliatifs au centre hospitalier de Pont-Audemer, et de son équipe, pour parler de la fin de vie.

Retour sur cette réunion enrichissante.

Les participants ne cachaient pas leur satisfaction au terme de plus de deux heures d’échanges, dans la soirée du mardi 6 avril dernier.

Naturellement, chacun portait son propre point de vue sur le sujet, sa propre expérience personnelle. L’objectif de la soirée n’était certainement pas de convaincre, mais de partager. En permettant à chacun de s’exprimer librement et d’éclaircir, si besoin, les procédures déjà en vigueur dans le cadre des soins palliatifs et de la loi Claeys-Leonetti.

Le docteur Joly, forte de son expérience auprès des patients, des familles, des institutions, a pris le temps de revenir sur l’évolution, au fil des siècles, de notre rapport à la mort et à la fin de vie. Depuis les premiers rites funéraires en -143000 av JC, à la médicalisation de la mort avec les lois en vigueur dans des pays voisins, pour en venir à la proposition de loi sur la fin de vie qui devait être présentée à l’Assemblée Nationale quelques jours plus tard. Celle-ci représente un changement radical de positionnement des médecins, qui deviendraient des soignants « qui donnent la mort »…

Durant les échanges, les participants ont partagé leurs expériences, parfois leurs souffrances, vis-à-vis d’un système actuel qui présente trop souvent des disfonctionnements : retards de prise en charge, mauvais traitement de la douleur… Un participant a pu témoigner du voyage en Belgique d’un proche où la législation est différente…

Si les avis peuvent diverger sur la proposition de loi pour l’euthanasie, ils sont unanimes pour dire que les moyens actuellement accordés aux soins palliatifs sont insuffisants, et ne permettent pas la pleine application de la loi Claeys-Leonetti. Certains départements ne disposent encore pas d’unité de soins palliatifs !

Le jeudi 8 avril, la proposition de loi n’a finalement pas pu être adoptée, pour les raisons évoquées plus haut dans l’édito. Le Ministre de la santé a annoncé un plan pour renforcer les soins palliatifs, je serai vigilante à ce qu’il soit à la hauteur des attentes des professionnels, des patients, et des familles.

Le sujet de la fin de vie fera l’objet très prochainement d’un nouveau temps d’échange sur le territoire, vous y serez conviés.

« […] Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. […] »

Extrait du Serment d’Hippocrate

 

Share