Top

Rencontre avec l’association Grand Lieu au Service d’Aide et d’Accompagnement à domicile de Pont-Audemer

La Ministre déléguée chargée de l’Autonomie annonçait il y a quelques jours la mise en œuvre avant fin mai d’une mesure visant à revaloriser les aides à domicile, votée à l’Assemblée Nationale dans la loi de financement de la sécurité sociale pour 2021.

Un premier pas à saluer.

Depuis le début de mon mandat, cette thématique fait partie de mes combats prioritaires. Sur le terrain, cela se traduit par de nombreux échanges avec les acteurs locaux, pour leur exprimer ma reconnaissance, et les soutenir dans leurs projets.

Dans ce cadre, J’échangerai prochainement avec le directeur de l’ARS Normandie sur les projets d’EHPAD de Bernay et de Pont-Audemer.

Je me suis également rendue ce lundi 26 avril au service d’aide et d’accompagnement à domicile de Pont-Audemer, pour échanger avec Madame Descamps, directrice du SAAD, Monsieur Duconget, directeur du Grand Lieu, et Monsieur Gaudron, Président.  Ce long entretien nous a permis d’aborder les enjeux de la prise en charge à domicile et de l’accompagnement des personnes fragiles sur notre territoire.

Les contraintes liées à ce service, et la trop faible rémunération des professionnels, sont des constats que nous partageons tous.

Le SAAD de Pont-Audemer est composé de 70 aides à domiciles qui interviennent auprès de plus de 300 bénéficiaires situés à Pont-Audemer, et dans 30 communes environnantes. Malgré une organisation minutieuse et un effort exceptionnel des salariés, le prix de revient du service est supérieur au prix fixé par le département, ce qui conduit à un bilan déséquilibré pour la structure.

 

Face à ce constat, quelle politique voulons-nous pour la prise en charge de nos aînés, et pour l’ensemble des publics fragiles ?

La création de la 5ème branche de la sécurité sociale pour couvrir la perte d’autonomie face à la hausse des besoins constitue un premier pas.

Le projet de loi sur le grand âge que de nombreux députés, dont moi-même, souhaitent voir à l’ordre du jour des débats prochainement doit constituer une deuxième étape essentielle, qui permettrait de mettre à plat et débattre de l’organisation et du pilotage de la politique d’aide sociale.

 

Durant la rencontre, nous avons également échangé sur plusieurs initiatives et propositions pour favoriser les conditions du maintien à domicile, avec notamment :

Une meilleure prévention des risques, avec une activité physique adaptée, qui permettrait d’éviter des chutes parfois dramatiques.

Le maintien du lien social, avec des rencontres entre bénéficiaires ou des projets intergénérationnels.

Des temps d’échanges sanctuarisés entre professionnels, nécessaires pour améliorer le suivi et l’accompagnement des personnes. Ces temps non médicaux font défauts car ils ne sont pas financés.

 

Les aides à domicile font partie intégrale de la vie de nos aînés, ce sont les premiers témoins des conséquences de la perte d’autonomie et de l’isolement des personnes âgées ou en situation de handicap.

Je saurai nourrir mes travaux et combats futurs des échanges que nous avons eu ce lundi avec l’équipe de direction, et je retournerai prochainement dans leurs locaux pour saluer le personnel de terrain et lui signifier ma reconnaissance.

Share