Top

Rencontre avec l’association d’aide à domicile en milieu rural (ADMR) de l’Eure

La crise sanitaire a contribué à mieux reconnaître le travail des aides à domicile qui ont été grandement mis à contribution. Aides soignant, technicien d’interventions sociale et familiale, infirmier, ces professionnels jouent un rôle essentiel qui va bien au-delà du simple service à la personne. Ils contribuent à créer du lien social, notamment auprès des personnes isolées, mais le secteur peine à recruter.

En octobre dernier, nous avons voté en faveur d’un amendement qui permettra d’aboutir à une augmentation historique des salaires de ce corps de métier, qui sera également parmi les grands enjeux de la prochaine loi grand âge.

En avril dernier, Brigitte Bourguignon, Ministre déléguée chargée de l’Autonomie, a annoncé que l’État s’engageait auprès des Départements pour revaloriser les salaires des professionnels de l’accompagnement à domicile.

Des négociations sont en cours avec chaque collectivité pour mettre en place ce partenariat historique pour un corps de métier trop souvent laissé pour compte.

Fin 2020, l’État avait déjà mobilisé 80M d’€ pour cofinancer une prime covid en faveur des SAAD.

Pour échanger sur ces mesures et recueillir l’avis des professionnels de terrain, je me suis rendue il y a quelques jours au siège de la fédération départementale ADMR de l’Eure à Évreux. J’y ai rencontré Claire Mullot, la directrice générale de la fédération, avec qui j’ai eu de riches et ambitieux échanges.

En préambule, elle a insisté sur les importantes difficultés rencontrées en matière de recrutement. L’ADMR de l’Eure peine à trouver le personnel nécessaire pour répondre à l’augmentation des demandes. Les postes à pourvoir ne trouvent pas preneurs et les salariés sont éprouvés car très sollicités. Le métier nécessite des ressources physiques et psychologiques et souffre encore d’un manque de reconnaissance, même si la crise a contribué à une prise de conscience sur son rôle prépondérant pour nos ainés.

Pour répondre à la demande et venir en aide au plus grand nombre, les aides à domicile du secteur public ou associatif s’associent. Ce travail en commun permet d’assurer un accompagnement constant des personnes en situation de grande dépendance, dont les besoins sont parfois urgents.

Avec Claire Mullot, nous avons souligné l’importance de la présence de ces professionnels auprès des personnes âgées et handicapées. Les aides à domicile apportent beaucoup de réconfort aux personnes et en plus du service, un lien social très fort se tisse au fil des interventions.

Depuis le début de mon mandat, je me bats pour que les personnes âgées puissent rester chez elles aussi longtemps que possible. Le métier d’aide à domicile me semble indéniablement nécessaire pour parvenir à cet objectif.

Pour attirer du personnel, la solution serait de revaloriser les métiers du domicile auprès des jeunes, de leurs parents et des prescripteurs. L’ADMR de l’Eure y travaille avec l’Agence Régionale de l’Orientation. De beaux projets sont également mis en œuvre en collaboration avec la MFR de Routot située dans ma circonscription. La fédération y intervient pour présenter le métier et recruter du personnel stagiaire.

Share