Top

Quelle situation pour la sécurité sociale après deux ans de crise sanitaire ?

Après deux ans de crise sanitaire, Olivier Véran, ministre des solidarités et de la santé et Olivier Dussopt, ministre des comptes publics, étaient auditionnés par la commission des affaires sociales pour faire le point sur la situation de la sécurité sociale.

 

En introduction de cette audition, les ministres ont rappelé qu’avant la crise sanitaire en février 2020, le régime général et le fonds de solidarité vieillesse atteignaient pour la première fois depuis 20 ans un équilibre structurel. Les projections permettaient alors d’envisager l’effacement de la dette sociale, le fameux « trou de la sécu » à l’horizon 2024.

Bien entendu avec la crise, ces perspectives semblent lointaines. En 2020, son déficit record culminait à 38 milliards d’euros. Mais le « quoi qu’il en coute » c’est savoir qu’il y a des choses qui n’ont pas de prix. La protection sociale en fait partie et c’est grâce à elle que nous pouvons nous faire tester et vacciner gratuitement.

Ce déficit peut être catégorisé en trois types de dépenses : celles liées à la campagne vaccinale (achats de vaccin, tests et déploiement), celles liées aux investissements Ségur (investissements dans les hôpitaux, hausse des rémunérations), et celles liées à la perte de recette des hôpitaux (dues aux déprogrammations massives).

Après la crise de 2008, il avait fallu 10 ans à la sécurité sociale pour retrouver un équilibre. Aujourd’hui, avec la croissance importante observée en France, les projections tablent sur le fait que le déficit creusé pendant la crise sanitaire sera résorbé à l’horizon 2030.

Ces chiffres peuvent sembler vertigineux, mais ne nous y trompons pas, ils ne peuvent être mis en comparaison avec le nombre de vies sauvées, d’hospitalisations évitées

Share