Top

Proposition de loi Sécurité globale : doutes et attentes

Mardi soir, nous avons adopté la proposition de loi Sécurité globale en première lecture. Cet examen, avant celui du Sénat, m’a interrogée sur l’équilibre entre sécurité et respect des libertés individuelles et publiques. J’ai finalement voté en faveur du texte. Je vous explique pourquoi :

 

 

 

Lorsque nous avons été élus en 2017, nous nous sommes engagés à faire de la sécurité une des priorités de notre mandat. Le budget a ainsi augmenté de plus d’1 milliard d’euros et le recrutement de 10.000 policiers et gendarmes a été lancé.

La proposition de loi « Sécurité globale » vise à renforcer à nouveau la protection des Français, sans déroger au respect des libertés individuelles et publiques. Nous en parlons peu dans la presse, mais nous avons obtenu avec ce texte plusieurs avancées :

  • La montée en compétences des polices municipales, confortant leur rôle dans la sécurité de proximité.
  • La meilleure articulation des différents acteurs de la sécurité et de la sûreté.
  • La structuration et le meilleur encadrement du secteur de la sécurité privée.
  • La protection de nos forces de l’ordre.

C’est sur ce dernier point que s’est porté mon doute. L’article 24 sur l’usage de vidéos des policiers et gendarmes pose une réelle question d’équilibre entre sécurité et respect des libertés. En l’état, cet article fait toujours débat au sein de la majorité. J’attends que la navette parlementaire puisse clarifier les intentions du Gouvernement et me félicite que le Premier ministre ait exprimé la volonté de saisir le Conseil constitutionnel sur cet article.

Mais n’oublions pas que des policiers, des gendarmes, et parfois leurs proches, sont régulièrement menacés de mort parce qu’ils sont des représentants des forces de l’ordre. Leur identité est divulguée sur les réseaux sociaux, accompagnée de messages incitant à la haine.

Tout en trouvant les meilleures garanties de protection des journalistes et des citoyens, il me paraît incontournable de devoir agir sur ce point. C’est pourquoi, au stade de la première lecture, j’ai voté en faveur de cette proposition de loi.

Share