Top

Newsletter Octobre 2020 – EDITO

Le Président de la République s’exprimait mercredi soir pour faire le point sur la progression de l’épidémie. Excepté la mise en place d’un couvre-feu dans 8 agglomérations, Emmanuel Macron n’a pas annoncé de mesures coercitives, préférant en appeler à la responsabilité individuelle de chacun pour mener ce combat collectif contre le COVID. Quelle est la situation en France ? Qu’en est-il dans notre département ? Quelles perspectives pour les prochains mois ?

 

Avec une moyenne de 20 000 nouveaux cas de COVID-19 identifiés chaque jour sur le territoire national, nous sommes en plein dans la deuxième vague. Actuellement 30 à 50% des lits de réanimation sont occupés par des patients porteurs du COVID selon les régions, ce qui occasionne des déprogrammations pour des patients porteurs de pathologies chroniques, de maladies cardiovasculaires, musculaires, neurologiques ou encore de cancers. Bref, notre système de santé est complètement ankylosé par le COVID, et nos soignants sont éreintés après plusieurs mois de lutte. En outre, l’accélération spectaculaire des contaminations que nous connaissons depuis deux semaines exigeait une réaction forte et rapide. Face à ces constats, il était urgent d’agir, en choisissant des mesures proportionnées, au regard des disparités entre les territoires et du risque encouru pour les prochaines semaines.

Des mesures proportionnées, d’abord pour les grandes agglomérations les plus touchées, avec la mise en place d’un couvre-feu de 21h00 à 6h00 pour 4 semaines. Notre département, classé en niveau d’alerte (2ème échelon d’alerte sur 4 possible) reste encore relativement épargné par rapport à ses voisins normands (la Seine-Maritime par exemple). Selon les derniers chiffres de l’ARS, 73 Eurois étaient hospitalisés pour cause de COVID au 12 octobre, dont 8 en réanimation. Nous devrons toutefois nous plier à un certain nombre de nouvelles règles, et notamment l’interdiction de toutes les fêtes privées réunissant plus de 6 personnes, en cohérence avec la recommandation de ne pas être plus de 6 personnes au sein du même logement.

Par ailleurs, lors de la conférence de presse du gouvernement, au lendemain de la prise de parole du Président de la République, le Premier ministre a détaillé un certain nombre de mesures complémentaires. Le recours au télétravail est notamment encouragé pour les salariés avec la mise en place d’un nombre minimal de jours de télétravail par semaine. Le fonds de solidarité va être renforcé, simplifié et élargi alors que la prise en charge à 100% du chômage partiel par l’Etat se poursuivra pour les secteurs les plus touchés. Le Président de la République l’a rappelé, la crise sanitaire touche davantage les plus précaires. C’est pourquoi il a annoncé que la somme de 150 € serait versée à tous les bénéficiaires du RSA, ainsi qu’une aide supplémentaire de 100 € par enfant, les jeunes seront également soutenus par une aide de 150€ pour tous les bénéficiaires des APL et pour les étudiants boursiers.

Ces prochaines semaines, nous devrons accélérer la mise en œuvre de la stratégie « tester, alerter, protéger ». Dans cette perspective, il existe des bonnes nouvelles, comme l’arrivée dans les prochaines semaines de tests antigéniques, qui permettront d’avoir les résultats en 15 à 30 minutes. Ces tests pourront ainsi être effectués en pharmacie et dans différents points. Ils permettront de désengorger les laboratoires dans les grandes villes et de gagner un temps précieux pour remonter les chaines de contamination.

Mes chers concitoyens, je partage avec vous les difficultés que pourront occasionner ces nouvelles mesures. Il faudra nous les approprier pour ralentir la progression du virus et nous protéger, nous et nos proches. Nous sommes tous acteurs de ce combat contre le virus.

Share