Top

Mon soutien aux maires face aux aléas climatiques

Au mois de février dernier, la crue de la Seine avait occasionné des inondations chez plusieurs riverains à Caumont. A cet endroit, le long de la D93, un simple muret sépare la route de la Seine. Les montants associés à ces potentiels travaux seront considérables. A ma demande, une réunion a été organisée avec la DDTM, la préfecture et le maire de Caumont Sylvain Bonenfant pour solutionner cette situation.

Ce mois d’octobre, je me suis rendue dans la commune de Caumont, en bordure de la Seine, à la rencontre de Monsieur Sylvain Bonenfant, Maire nouvellement élu.

Au programme de nos échanges, les débordements de la Seine de plus en plus récurrents, et qui provoquent des inondations dans les habitations qui longent le cours d’eau.

J’avais été sollicitée au printemps dernier par des propriétaires du secteur, cette rencontre avec le maire me permet à présent de faire un point de situation.

Le long de la D93, seul un muret, parfois même juste un grillage, sépare la route de la Seine. C’est donc sans surprise qu’en février dernier, suite à de fortes précipitations, la Seine débordait et occasionnait, en l’espace de 72h, 6 inondations chez des riverains.

Les solutions existent mais ne sont pas simples, et surtout, les montants associés aux travaux seront sans doute très importants. La compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI) est prévue à cet effet. Crée en 2015 par les lois de décentralisation (loi NOTRe), elle est obligatoire au sein des Établissements publics de coopérations intercommunale à fiscalité propre (EPCI), en d’autres termes, nos communautés de communes. Et comme toute compétence nécessite un financement, il en résulte la taxe GEMAPI, que vous pouvez retrouver sur vos avis de taxe foncière et de taxe d’habitation.

Ainsi, en juillet dernier, suite à mon intervention auprès de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) conjointement avec le maire de la commune, une première réunion de travail a pu être mise en place par le sous-préfet de Bernay Monsieur Martorana, regroupant les divers acteurs concernés, à la fois de l’Eure et de la Seine-Maritime. De premières actions ont pu être entreprises, et un point d’étape était prévu cet automne. Monsieur Martorana ayant été remplacé durant l’été par Madame Blanchot-Prosper à la Sous-Préfecture de Bernay, je lui ai adressé un courrier afin de lui signifier l’importance de ce dossier pour les communes frontalières de la Seine.

 

N’hésitez pas à me faire parvenir vos remarques et témoignages concernant la compétence GEMAPI, et sa mise en œuvre sur votre territoire.

Share