Top

Mon soutien aux étudiants en santé

La réforme des études en santé est entrée en vigueur lors de la rentrée de septembre dernier. Dans le contexte sanitaire que nous connaissons, la transition vers le nouveau modèle pose question aux étudiants et à leurs parents. J’ai échangé avec le doyen de l’université de Rouen et interrogé la ministre de l’enseignement supérieur pour leur apporter des réponses précises.

La réforme des études en santé de juillet 2019 a permis de lever le numerus clausus et d’ouvrir les études en santé à des étudiants aux profils plus variés. La première année PACES a été remplacée par deux filières PASS et LAS ouvrant les portes à la deuxième année de médecine. Pour cette année 2020/2021 de transition, les étudiants en première année de PASS et LAS partageront ainsi les places ouvertes en deuxième année avec les redoublants PACES.

Lors de nos débats à l’Assemblée nationale, nous avions identifié cette problématique qui est d’ailleurs signalée dans l’exposé des motifs de la loi et prévu une augmentation du nombre de places ouvertes.

Suite aux sollicitations de plusieurs étudiants du département et de leurs parents, j’ai rencontré le doyen de l’université de Rouen pour échanger sur cette situation. Les chiffres doivent encore être consolidés avec l’ARS, mais le doyen m’a assuré que le nombre total de places ouvertes en deuxième année allait bien augmenter, de l’ordre de 10 à 20% et que chaque filière disposerait de son propre quota.

Avec mes collègues de la commission des affaires sociales, nous sommes pleinement mobilisés auprès des étudiants pour que ces engagements soient respectés. A cet effet, nous avons cosigné un courrier adressé à Olivier Véran l’appelant à lever les incertitudes sur les effectifs supplémentaires, dans le contexte de crise sanitaire que les étudiants ont dû affronter. A titre personnel, j’ai également déposé une question écrite à Frédérique Vidal pour l’interpeller plus précisément sur la situation de l’université de Rouen.

Share