Top

A Bernay avec M. le Préfet, pour la semaine de l’intégration

A l’occasion de la semaine de l’intégration, qui avait lieu cette année du 11 au 15 octobre, Monsieur le Préfet Alain Régnier, délégué interministériel chargé de l’accueil et de l’intégration des réfugiés, est venue au centre provisoire d’hébergement de Bernay échanger avec les acteurs locaux de l’intégration. Un temps d’échange riche de témoignages.

 

C’est au sein des locaux administratifs du centre provisoire d’hébergement (CPH) de Bernay, gérés par l’association YSOS, que se sont retrouvés lundi après-midi pour accueillir le Préfet Régnier plusieurs chefs d’entreprises, des représentants de l’Etat, de pôle emploi, des élus et les responsables de l’association.

 

L’objectif des échanges était, après une première présentation du CPH, de revenir sur les dispositifs mis en place pour accompagner les étrangers primo-arrivants et leur permettre de s’intégrer et de trouver leur place sur le marché du travail.

 

Madame Lecourt, gérante des magasins Jardiland de Bernay et Lisieux, ainsi que Monsieur Kilic, dirigeant d’une entreprise de BTP à Bernay, ont témoignés tour à tour de leurs expériences.

Chacun a pu accueillir dans ses équipes un réfugié primo-arrivant, ayant dû fuir son pays d’origine dans des circonstances très douloureuses.

L’accompagnement de la part de l’association YSOS et l’apprentissage de la langue grâce à l’association Declic de Bernay leur a permis de s’intégrer dans la vie bernayenne. Madame Lecourt et Monsieur Kilic rapportent tous deux l’impact bénéfique de ces réfugiés sur l’esprit d’équipe et la solidarité au sein de l’entreprise.

 

Je remercie l’ensemble des personnes qui tendent une main bienveillante à ces réfugiés pour leur offrir une chance de survivre.

Je tiens toutefois à ce que nous n’oublions pas tous ces hommes, ces femmes et ses enfants qui subissent chaque jours les horreurs de la guerre, qui s’enfuit de chez eux en abandonnant leur vie, et qui viennent chercher un peu d’humanité et de fraternité auprès de nous.

Il nous appartient d’être digne des valeurs de notre République.

Share